Croquettes pour chat sans céréales : que faut-il en penser ?

Par Sandrine - 16 minutes de lecture
Croquettes sans céréales pour chat : que valent-elles ?v

Depuis quelques années, et particulièrement pour les chats, le marché des croquettes connait une véritable petite révolution avec l’arrivée des recettes sans céréales. Or ces croquettes séduisent de plus en plus de propriétaires de chats. En parallèle, on a pu découvrir des documentaires montrant l’envers du décor des croquettes classiques à base de céréales. Alors qu’en est-il vraiment ? Les céréales sont-elles un problème pour les chats ? Comment nourrir au mieux son animal de compagnie ?

Le but ici est de s’affranchir des discours marketing pour aborder la question de l’alimentation du chat de manière objective.

Que contiennent les croquettes pour chat ?

Que contiennent les croquettes pour chat ?

Il faut bien l’avouer, les croquettes, c’est super pratique. Surtout pour les chats. Car ces petites crapules sont des grignoteurs. C’est à dire qu’ils aiment fractionner leurs repas en plein de petits repas tout au long de la journée. Le problème c’est que nous, on ne peut pas suivre le rythme. Imaginez un peu s’il fallait remettre de la nourriture fraiche toutes les heures… Hé oui, une assiette de pâtée qu’on laisse trainer à température ambiante, ça devient vite un bouillon de culture pour bactéries. Du coup, l’idéal, c’est de laisser à disposition de notre grappilleur de la nourriture sèche. Donc des croquettes.

Savez-vous depuis quand les croquettes existent ?
C’est en 1956 que le procédé d’extrusion a été mis au point permettant la fabrication de croquettes pour animaux.

Les ingrédients : autopsie d’une croquette traditionnelle

Céréales

Pour fabriquer une croquette par extrusion, il faut impérativement de l’amidon car c’est lui qui donnera une structure. Dès le début, les industries ont choisi les céréales peu coûteuses (maïs, blé, riz…) pour fournir cet amidon. Le problème, c’est que cet ingrédient est devenu totalement majoritaire dans la fabrication, parfois plus de 70% ! Ce qui laisse peu de place à la viande. Certes, les céréales contiennent des protéines mais par définition, ce ne sont pas des protéines animales. Reste à savoir si c’est important ou non pour l’organisme de nos moustachus. On y reviendra…

Protéines animales

Logiquement, on pense à la viande ou au poisson, d’autant que sur les paquets, on lit « croquettes au poulet », « au boeuf », « au saumon »…
Sauf qu’on utilise en fait très peu de viande véritable, quelques pourcents à peine. Car les industriels ont généralisé le recours aux sous-produits animaux. Et là, c’est déjà nettement moins sympa.
Ce n’est pas l’origine de ces sous-produits qui est en cause car les industries de l’alimentation animale récupère les déchets des fabricants de notre propre alimentation. Ils proviennent donc de filières contrôlées et garanties consommables pour l’alimentation humaine.
Par contre, et c’est là que le bât blesse, ils sont composés ni plus ni moins des carcasses d’animaux (os, bec, plumes…). Tout est broyé puis mélangé avec les autres composants, notamment les céréales. C’est qui explique le très faible pourcentage de viande : ben oui, on utilise que celle restant accrochée aux carcasses. En terme de qualité nutritionnelle, tout ceci est très médiocre.

Les additifs nutritionnels

Un des plus importants est la taurine car elle est obligatoire pour le chat qui n’en fabrique pas suffisamment par lui-même. Dans la nature, le chat trouve cet acide aminé dans la viande fraiche. Dans la nourriture industrielle, comme il est détruit par la cuisson, il faut impérativement l’ajouter.

A savoir que le chien n’a pas le même problème car il en fabrique suffisamment tout seul. C’est pour cette raison d’ailleurs que vous avez peut-être déjà entendu qu’il ne faut pas donner à votre chat de la nourriture pour chien ! Leurs besoins ne sont pas les mêmes 😉

Selon les gammes de croquettes, ces additifs vont se retrouver en quantité variable. Dans les 1ers prix qu’on trouve en supermarché, leur quantité sera d’ailleurs mal contrôlée…

Dans les gammes de prix un peu plus élevées, on peut ajouter diverses vitamines et oligo-éléments qui renforceront l’état de santé global. Un petit +

Les autres additifs

  • Colorants artificiels
  • Conservateurs artificiels
  • Arômes artificiels

Ces additifs se retrouvent en quantités variables selon les marques et sont difficiles à décrypter sur les étiquettes. Clairement, ce ne sont pas eux qui vont ré-hausser le niveau de qualité d’une croquette…

Les pièges des étiquettes

A noter que la lecture des étiquettes est parfois un exercice périlleux, voire trompeur.

Sur un tout 1er prix comme les croquettes Friskies, les ingrédients majoritaires indiqués sont bien les céréales. Le pourcentage n’est pas précisé mais on tourne autour de 70%. Ce qui est faramineux.

Par contre, tournons-nous vers un produit sensé être du haut de gamme comme Purina Pro Plan. Le 1er ingrédient indiqué est « dinde : 20% » ou « saumon : 15% » selon les recettes. Donc déjà, les céréales ne sont plus majoritaires. Sauf que si on en fait l’analyse, on continue à retrouver beaucoup trop de glucides. Alors il faut savoir que derrière l’appellation dinde ou saumon (ou autre viande), on ne sait pas quelles parties de l’animal a été utilisée. A l’arrivée, Pro Plan est un peu mieux que Friskies mais cela reste très insuffisant (voire l’analyse réalisée par Jérémy Anso, docteur en biologie).

Quant à Royal Canin, je prévois de lui consacrer prochainement un article complet. Donc pas de spoiler 😉

Bon, c’est bien gentil tout ça mais peut-être qu’après tout, les chats sont très contents de manger tout plein de céréales agrémentées de carcasses de poulet.

Il est donc temps de se poser THE question.

Le chat est-il un vrai carnivore ?

Voilà, on veut donc savoir si le chat n’est pas tout simplement capable de s’adapter à un régime quasi végétarien. Surtout si on ajoute cette fameuse taurine dont il a besoin. Après tout, depuis quelques millénaires qu’il est domestiqué, son système digestif a peut-être eu le temps de s’adapter ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de faire un peu de zoologie pour mieux situer la problématique.

Dans le langage courant, carnivore signifie « qui se nourrit essentiellement de viande » (ce qui n’est pas notre cas puisque nous sommes omnivores). On parle en fait ici de régime alimentaire. Or, en zoologie, « carnivore » fait référence à l’ordre des carnivores, qui est une classification de différents animaux…et pas forcément que des mangeurs exclusifs de viandes. Hé oui, les animaux de l’ordre des carnivores n’ont pas tous un « vrai »  régime carnivore !

A noter que certains animaux ayant un régime alimentaire carnivore ne se retrouve pas dans ce fameux ordre des carnivores. C’est le cas par exemple des requins ou les oiseaux de proie. Tout simplement parce que pour rentrer dans ce club très privé, il faut montrer patte blanche, tsssss, être un mammifère.

L’ordre des carnivores

Carnivore : lion mangeant de la viande

Il est composé de 2 branches de mammifères :

  • Les féliformes (littéralement, « comme les félins ») : on y retrouve bien sûr tous les félins, dont notre chat domestique. Mais aussi les hyènes, les mangoustes et les viverridés (genette, civette…)
  • Les caniformes (littéralement « comme les chiens ») : alors les chiens bien sûr, mais aussi loups, ours, pandas géant, pandas roux, phoques, otaries, belettes…

Ce qui est amusant de constater, c’est que ce grand ordre zoologique est divisé en 2, à partir des animaux que nous connaissons le mieux : les chats et les chiens. Voilà qui se retient facilement 😉

Quelles différences entre ces 2 branches ?

Il y en a plusieurs, basées surtout sur des critères anatomiques. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais sachez qu’une des plus importantes, c’est le nombre de dents. En plus, c’est facile à observer sur les fossiles.

Chez les caniformes, il y a davantage de dents. Chez les féliformes, il y en a moins mais elles sont spécialement adaptées pour chasser et déchiqueter la viande.

Dents du chat typique des animaux carnivores

Évidemment, ce n’est pas un hasard. En terme de régime alimentaire, chez les caniformes, il y a davantage d’omnivores (comme l’ours) alors que chez les féliformes, on retrouve surtout des carnivores exclusifs.

Bien sûr, il y a des exceptions car certains animaux se sont adaptés à leur environnement. Par exemple, le panda géant qui est pourtant un ursidé, est devenu quasiment un végétarien, gros mangeur de bambou.

Le chien, lui, est considéré comme un carnivore opportuniste. Ce qui signifie que rien ne l’empêche de manger autre chose…mais il adore la viande et en reste un gros consommateur.

Les hyper carnivores

Quant aux félidés, meilleurs représentants des féliformes (par définition), ils sont de « vrais » carnivores.

Et même davantage ! Car à l’intérieur de leur groupe, on les appelle des « hyper carnivores« . En effet, dans la nature, leur régime alimentaire comporte plus de 70% de viande !

Bref, en terme de régime alimentaire, les félins sont les animaux les plus carnivores de tous.

Leur physiologie est bien sûr adaptée à ce type de régime. Par exemple, leurs enzymes digestives comprennent de l’urate oxydase (uricase) qui permet la digestion de l’acide urique contenue dans la viande. Particularité que nous ne possédons pas.

Et puis, leur intestin est beaucoup plus court que chez les omnivores. Ceci réduit leur capacité à digérer des nutriments trop variés. (C’est aussi ce qui explique qu’au moindre changement de marque d’alimentation pour son chat, il faut toujours y aller progressivement, le temps que la flore intestinale s’adapte).

Autre particularité essentielle : le chat (tout comme le chien) n’a pas de besoin physiologique en glucides. Tout simplement parce qu’il les synthétise lui-même. Du coup, lui apporter trop de glucides n’est pas une super idée (aïe ! mauvaise nouvelle pour les céréales !).

Croquettes à base de céréales : les conséquences sur la santé

Le doute n’est pas permis : par nature, la viande est la base du régime alimentaire du chat. L’idéal serait d’en prévoir 60 à 65%. Bien sûr, en côtoyant l’homme depuis des millénaires et en piochant dans ses restes, le chat domestique a pu partiellement s’adapter à une légère diversité alimentaire. Enfin, c’est tout relatif. Car il faut bien comprendre qu’à l’échelle de l’histoire de l’évolution, quelques milliers d’années ne transformeront pas un chat en herbivore. D’ailleurs, les céréales, ça ne fait que 60 ans que nos petits félins en ont plein la gamelle.

Bref, les croquettes classiques ne correspondent pas aux besoins naturels du chat. Et on parle bien de  toutes celles des supermarchés mais aussi celles des animaleries et même celles vendues chez les vétérinaires (y compris les Royal Canin spécialisées). Certes, avec les additifs, ses besoins principaux immédiats sont couverts. Mais si vous avez à coeur de lui donner une alimentation qualitative, c’est ailleurs qu’il faut chercher.

Quels sont les risques ?

A court terme, les croquettes avec céréales sont à peu près bien tolérées par le chat s’il y est habitué (sauf problèmes digestifs, en particulier diarrhées chroniques).

C’est davantage sur le long terme qu’il faut s’inquiéter. Espérance de vie raccourcie, problèmes rénaux, diabète de type 2, insuffisance hépatique, cancer, obésité… Et malheureusement, il sera souvent difficile de prouver le rôle de l’alimentation. Quoique, dans le cas du diabète, on ne va quand même pas s’en étonner alors que le chat a été gavé de glucides !

Alors plutôt que de risquer la vie et le bien-être de nos chats, je suis convaincue que la bonne attitude est non seulement de se tourner vers une alimentation de qualité mais surtout qui respecte la nature profonde de nos petits félins de compagnie.

Croquettes sans céréales, un nouveau défi

Les chats sont des hyper-carnivores. C’est donc un fait scientifique.

Jusqu’à peu, il était impossible de trouver dans le commerce les croquettes respectant ce régime alimentaire spécifique.

Mais depuis quelques années, de nouvelles entreprises de l’alimentation pour chat ont fait leur entrée sur le marché. A leur tête, des entrepreneurs nouvelle génération qui font entrer leurs convictions dans leur business. En l’occurrence, il s’agit ici de trouver un modèle économique permettant à tous les amoureux des animaux de nourrir (enfin) leurs chiens et chats selon leur vraie nature.

Le défi, c’est de garder un coût raisonnable tout en diminuant drastiquement les céréales et en intégrant des protéines animales de qualité. Avec notamment de la vraie viande.

Croquettes pour chat sans céréales

Que contiennent les croquettes sans céréales ?

Et puis, on l’a vu, il n’est pas possible de confectionner une croquette industrielle sans avoir de l’amidon. Puisque les céréales ont été écartées, ce sont les légumineuses qui le fourniront : pois, mais aussi pommes de terre, pois chiches, pommes… Sans perdre de vue l’objectif principal de renverser à tout prix le ratio protéines/glucides. Car si les légumineuses se contentent de remplacer les céréales dans les mêmes proportions, on n’aura pas gagné grand chose !

L’objectif est avant tout d’avoir des croquettes avec un fort taux de protéines animales (au moins supérieur à 35%) issues d’ingrédients de qualité

Donc  méfiance tout de même sur l’appellation « croquettes sans céréales » qui ne suffit pas à garantir que vous avez affaire à une alimentation de réelle qualité. Il faudra donc continuer à se pencher sur les étiquettes des différentes marques pour lire non seulement la composition mais aussi les composants analytiques.

Il faut noter également qu’il est possible de fabriquer une croquette sans la méthode industrielle de l’extrusion. La cuisson se fait alors au four à basse température, ce qui est idéal pour les nutriments. Mais le gros inconvénient de la méthode, c’est son coût. Elle reste donc anecdotique. La marque Atavik propose un produit de sa gamme fabriqué selon cette méthode et on atteint les 16 €/kg (de 2,5 à 3 fois le prix d’une croquette sans céréales, par extrusion).

Et justement, les prix, on va en parler.

Question de prix

Croquettes pour chat sans céréales : chats adultes stérilisés ou d'intérieur Croquettes sans céréales pour chat difficile, anti boules de poils

Croquettes sans céréales pour chat adulte stérilisé
A partir de 19,71 €

Acheter sur Ultra Premium Direct

 Croquettes sans céréales au saumon
A partir de 21,51 €

Acheter sur Ultra Premium Direct

 

On l’aura compris, trouver un bon rapport qualité/prix pour un fabricant de croquettes sans céréales est un vrai casse-tête.

Globalement, elles sont donc un peu plus chères mais pas autant qu’on aurait pu le craindre. La plupart des marques restent dans les fourchettes de prix des croquettes sans céréales dites « haut de gamme ».

Pour baisser davantage le coût, la marque d’alimentation (croquettes et pâtée) sans céréales Ultra Premium a choisi de ne pratiquer que la vente directe sur Internet au prix usine. Donc, pas d’intermédiaires et pas de vente en animalerie ou autres.

Voici un petit comparatif de prix sur plusieurs marques de croquettes avec céréales de différentes gammes (Friskies, Purina one, Royal Canin, ProPlan) et sans céréales (Nutrivet, Orijen, Carnilove, Atavik et Ultra Premium).

Pour chacune des marques et afin qu’ils soient comparables, les prix reportés dans le tableau répondent le plus possible aux critères suivants :

  • croquettes pour chat stérilisé ou d’intérieur
  • recette la plus proche de « au poulet ou à la dinde »
  • poids du sac le plus élevé (plus économique)
  • prix en ligne

A noter que ces prix restent indicatifs, qu’ils ont été relevés à la date de publication de l’article et sur une même boutique web ou directement sur le site du producteur (vente directe).

Marques de croquettes Prix par kilogramme
Avec céréales
 
Friskies 2,60 €
Purina One 4 €
Royal Canin 6 €
ProPlan 6,20 €
Sans céréales  
Ultra Premium Direct 5,41 € (ou 4,87 € avec abonnement)
Carnilove 6,17 €
Nutrivet 8,60 €
Atavik 6,71 €
Orijen 11 €

 

A titre indicatif, il existe aussi des croquettes vendues uniquement chez les vétérinaires prévues pour des chats qui ont des maladies chroniques.

Par exemple, pour les croquettes Royal Canin pour chats en insuffisance rénale, le prix au kg est de 10,20 €.

En bref : quelles croquettes pour mon chat ?

Jusqu’il y a peu de temps, les croquettes pour chat étaient toutes composées majoritairement de céréales.

Le chat est capable de digérer une certaine quantité de céréales mais celles-ci causent plusieurs problèmes :

  • Elles ne respectent pas le régime alimentaire naturel du chat qui est un hyper carnivore. Pourquoi les nourrir majoritairement avec des céréales dont ils n’ont pas besoin ?
  • Elles apportent beaucoup trop de glucides alors que le chat les fabrique lui-même. D’où les risques de diabète et d’obésité.
  • Elles peuvent contenir des mycotoxines qui sont toxiques (même si les industriels affirment que tout est contrôlé, il reste un petit risque)

Et puis bien sûr, les croquettes avec céréales présentent dans leur composition globale un taux trop faible de protéines animales de qualité.

Depuis quelques années, de nouvelles marques proposent des croquettes sans céréales qui correspondent beaucoup mieux à la nature du chat (viande largement majoritaire, meilleure qualité des ingrédients).

Pour ma part, j’ai fait le choix de modifier l’alimentation de mes 5 chats. Je suis donc passée de Hill’s Science Plan (5,10 €/kg) à Ultra Premium Direct qui, à mon avis, propose un très bon rapport qualité/prix. Et c’est pourquoi, sur ma boutique, c’est cette marque là que je présente dans le rayon croquettes (à noter, dans un souci de transparence, qu’il s’agit de liens partenaires qui conduisent directement sur le site du producteur et que je touche une petite commission pour chaque vente).

Voilà, c’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous aura permis de faire le point sur les différentes offres sur le marché des croquettes. A chacun ensuite de se faire sa propre idée et de choisir en connaissance de cause. Car il est regrettable que certaines marques anciennes continuent à faire de la désinformation pour vendre leurs croquettes avec céréales.

N’hésitez pas à commenter ci-dessous et à donner votre propre point de vue, en toute bienveillance bien sûr 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *